All posts by Bertrand Lambert

7bc64d24-5678-412c-b164-080188cc6f22

Lutte contre l’homophobie : rencontre avec les supporters de l’OM

Par | Football et diversité | Aucun commentaire

La lutte contre l’homophobie passe par des actions concrètes : nous y prenons toute notre part !

Samedi 30 novembre, l’Olympique de Marseille a organisé un tournoi de football à l’OM Campus avec des associations de supporters et des associations de lutte contre les discriminations. Nous étions donc à Marseille, avec notre tenue parisienne, pour rencontrer les supporters de l’OM et faire tomber les préjugés. La veille, nous étions au Vélodrome pour assister à la rencontre OM – Brest tout en étant très attentifs aux chants proférés et banderoles déployées.

Le samedi, dix équipes se sont affrontées dans le cadre de cette première pour un tel événement réunissant les associations de lutte contre les discriminations, la LICRA, Foot Ensemble, SOS Homophobie, MUST (Marseille United Sport pour Tous) et donc nous, les PanamBoyz & Girlz United ; les associations de supporters du club de l’Olympique de Marseille comme les Dodgers, les Fanatics, les amis de l’OM, les MTP ou encore l’HandiFan Club mais également les salariés de l’OM et les stadiers.

Tout au long de la journée se sont enchaînés match de football et échanges sur et hors du terrain dans une ambiance très conviviale et chaleureux. Y aller en tant qu’équipe parisienne LGBT, il fallait oser… nous l’avons fait !

Après la phases de poules, puis les phases finales, ce sont les Fanatics qui sont sortis vainqueurs du tournoi. Bravo à eux. Pour notre part, nous avons terminé 8eme, mais l’essentiel n’était évidemment pas le sportif !

Les Panamboyz & Girlz United saluent cette superbe initiative de l’OM et remercie les autres associations – LICRA, SOS Homophobie, Foot Ensemble – elles aussi présentes sur cet évènement qui en appelle d’autres, ailleurs en Ligue 1 et 2.

IMG_20191117_215140

Les Boyz dans les Ardennes pour sensibiliser les plus jeunes

Par | Football et diversité | Aucun commentaire

À l’appel de l’association Foot Ensemble, partenaire des Panamboyz & Girlz United auprès de la LFP, jeunes footballeurs ardennais, stars du football, représentants des supporters et associations se sont réunis le dimanche 17 novembre pour combattre ensemble les discriminations. Nous y étions, évidemment, avec un objectif : rencontrer les jeunes footballeurs  et faire tomber les préjugés.

75456694_2614363795317922_5017984027638890496_nUn grand bravo à l’association Foot Ensemble, et à son président Yoann Lemaire, organisateur de ce bel évènement. En plus des échanges, nombreux et riches avec les plus jeunes, que nous avons menés aux côtés de  de nos partenaires habituels ( SOS Homophobie, LICRA…) pour sensibiliser sur le thème de la lutte contre l’homophobie et les discriminations, en présence de Nathalie Boy de la Tour, Présidente de la LFP et marraine de l’événement, de Madame la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu, nous avons pu assister à un match de gala du Variétés Club de France, avec notamment Christian Karembeu, Alain Giresse ou encore Laure Boulleau, contre les anciennes gloires de Charleville et de Sedan, au bénéfice de Foot Ensemble.

Une centaine de jeunes footballeurs ardennais a pu participer au cœur de la fan zone de l’événement à des ateliers de sensibilisation, échanger avec nous et les associations de lutte contre les discriminations ou les représentants des supporters, s’essayer au serious game développé par Foot Ensemble, etc… Un superbe moment !

carton rouge

Non, le problème, ce n’est pas l’interruption des matches, mais l’homophobie !

Par | Non classé | Aucun commentaire

Contrairement à ce que nous explique aujourd’hui le président de la FFF dans Ouest France, le problème ce n’est pas qu’il y a trop d’interruption de match !

Le problème, c’est qu’il y a trop de haine, trop d’homophobie, trop de racisme, trop de sexisme dans les stades.

Le problème, c’est que la FFF n’a jamais rien fait pour essayer de prendre à bras le corps la question des discriminations en général et de l’homophobie en particulier : d’ailleurs, si la FFF le faisait vraiment, comme son président l’affirme, pourquoi les clubs professionnels feraient appel aux associations de lutte contre l’homophobie pour venir parler d’homophobie dans leur centre de formation ? C’est bien parce que la FFF n’a pas fait son travail en amont auprès des plus jeunes.

Le problème, ce n’est pas que ses chants soient proférés par quelques-uns mais qu’ils soient généralement repris en chœur par tout le stade et, surtout, qu’ils  soient entendus par tous les spectateurs, qu’ils soient au stade ou devant leur télévision. Autrement dit que ces chants arrivent aux oreilles de plusieurs millions de personne chaque week-end ! Quel message envoyons-nous à notre jeunesse qui va aux stade, aux jeunes homosexuels qui découvrent leur différence, aux footballeurs professionnels homosexuels contraints de s’inventer des doubles vies et de demeurer cachés ?

Parallèlement, il faut rappeler à Monsieur Le Graët que les mots ont un sens : oser parler de prise d’otages pour des interruptions de matches de quelques minutes seulement, c’est totalement indécent. Les victimes de l’Hyper Cacher ou du Bataclan apprécieront. Si l’interruption d’un match n’a jamais tué personne, l’homophobie, elle, tue, et tous les jours. Faut-il rappeler une fois de plus que le taux de suicide chez les jeunes homosexuels est six fois supérieur au reste de la population ? Faut-il encore souligner que ces banderoles et ces chants participent à un climat d’homophobie ordinaire qui mène à une homophobie plus violente, plus virulente ? Faut-il encore préciser que si des insultes homophobes fusent dans les cours de récréation, c’est aussi parce que les enfants entendent ces mêmes mots à la télé, au stade ?

Non, M. le Graët, ce n’est pas parce qu’il y a de l’homophobie ailleurs qu’il ne faut pas faire le ménage chez soi ! Ce combat contre l’homophobie et la haine en général est courageusement menée depuis des années par des associations qui font un travail de fond. Se faire traiter de personnes qui vont faire « les beaux sur les plateaux de télévision » est juste une injure à tous nos bénévoles.

L’entretien du président de la FFF laisse à penser que la FFF donne un permis de haïr, de discriminer aux supporters. Ses propos sont irresponsables. Ce qu’il propose, ce n’est ni plus ni moins que ce que la FFF a toujours fait : rien ! Continuons de faire semblant de ne pas lire les banderoles, de ne pas entendre les chants, et mettons tout ça sous le tapis. Et non, le problème ne se réglera pas tout seul, comme par enchantement : heureusement qu’il y a des associations qui travaillent activement à trouver une solution, à proposer un dialogue aux supporters, avec le soutien réel de la LFP.

Oui, le football est effectivement un fantastique vecteur d’intégration : encore faut-il que le message qu’il porte soit positif et inclusif. Dans le cas de ces banderoles et de ces chants, il ne l’est absolument pas. On aurait apprécié que le président de la FFF réalise que les discriminations sont un vrai problème et qu’il ne peut plus être traité à la légère en faisant semblant de rien voir, de ne rien entendre et, surtout, de ne rien faire.

Communiqué des PanamBoyz & Girlz United

Capture d’écran 2019-08-31 à 13.28.54

Homophobie dans les stades : place au dialogue !

Par | Football et diversité | Aucun commentaire

Interruptions de matchs, fermetures de tribune, banderoles provocatrices… La question de l’homophobie dans les stades est sur le devant de la scène depuis la reprise de la Ligue 1 et de la Ligue 2, dans un contexte de conflit entre ultras et autorités. Dernier épisode en date, l’interruption du match Metz-PSG par l’arbitre vendredi soir, a de nouveau provoqué de nombreuses réactions. De notre côté, nous multiplions les interventions médiatiques pour appeler au dialogue, plus que jamais nécessaires.

Nous rencontrerons ce jeudi les supporters pour dialoguer et leur faire passer plusieurs messages :
1. que nous ne sommes pas leurs ennemis
2. que les mots ont un sens et peuvent blesser
3. que l’homophobie ordinaire mène à une homophobie plus virulente
4. que nous ne sommes pas responsables des autres différents en cours entre eux et les instances.
5. que nous avons tout à gagner à nous entendre
6. que l’on peut chanter, vibrer, encourager … sans discriminer
7. que nous sommes nous aussi des footeux, des supporters : les LGBT ont toute leur place, à la fois sur la pelouse et dans les tribunes

Depuis plusieurs années, nous nous battons pour mettre fin au tabou de l’homosexualité dans le football. C’est à ce titre que nous convaincu la LFP de lancer en 2014 puis en 2016 les opérations autour des lacets arc en ciel. Nous avons également participé à l’élaboration de l’opération lancée en mai dernier avec les brassards arc en ciel. C’est à cette occasion que nous avons convaincu la Ligue d’appliquer enfin leur règlement et de sanctionner les chants / banderoles homophobes. Nous avions déjà prévu à cette date d’organiser des rencontres avec les supporters et leurs représentants. Le calendrier s’est singulièrement accéléré cet été. Avec ces interruptions de matches, la politique de l’autruche ou de la chaise vide n’est plus possible, et c’est une très bonne chose. Retrouvons nous désormais tous autour d’une table !

Retrouvez ici l’intervention de notre président, sur Franceinfo, canal 27, le 29 août, à 21h.

Retrouvez ici l’intervention de notre président, sur Franceinfo, radio, le 29 août, à 6h20.

A lire également, un entretien dans Libération : https://www.liberation.fr/sports/2019/08/30/on-peut-tous-sortir-gagnants-de-l-eradication-de-l-homophobie-dans-les-stades_1748293

 

 

P7110356

Reprise des entraînements le 10 septembre

Par | Non classé | Aucun commentaire

Le premier entraînement de la saison 2019/2020 se déroulera le mardi 10 septembre, dès 20h. Soyez les bienvenu-e-s !

L’entraînement est ouvert à toutes et à tous aIMG_9565u mois de septembre pour permettre à ceux et à celles qui le souhaitent de découvrir notre club, avec un maximum de deux séances découverte par personne, sous réserve de nous avoir contacté en amont ! Au-delà de ces deux séances découverte, l’inscription au club est obligatoire, avec ou non licence pour la compétition.

Il n’y a pas de critère de niveau sportif pour la sélection des licencié-e-s mais nous demandons aux adhérent-e-s un sérieux, un engagement tout au long de l’année et d’adhérer à l’éthique du club.

Notre entraînement hebdomadaire du mardi soir se déroule stade Louis Lumière, Paris 20e, sur la piste d’athlétisme (pour le physique) dès 20h30 puis sur deux terrains distincts (un pour les Girlz et l’autre pour les Boyz) dès 21h pour la partie foot.

Pour rappel, chez les garçons, nous sommes inscrits en championnat FLA (Football Loisir Amateur) avec une équipe à 11 qui évolue le vendredi soir et une équipe à 7 qui joue le jeudi soir (championnat + coupe, d’octobre à juin). Plus d’infos : ici.

Chez les filles, les PanamGirlz disputent le critérium FFSE, avec deux équipes, en foot à 7.

Les tarifs 2019 / 2020 restent inchangés

Tarif pour la saison compétition : 165 euros (125 euros si vous êtes chômeu-r-se ou étudiant-e), payable en trois fois, licence (indispensable pour la compétition) et assurance comprises.

Tarif pour saison hors compétition : 105 euros (85 euros si vous êtes chômeu-r-se ou étudiant-e), payable en trois fois.

Comme l’an dernier, l’inscription se fait exclusivement en ligne, cliquez ci dessous ! Formulaire actif du 1er au 30 septembre uniquement ! Attention, notamment chez les Girlz, les places sont excessivement limitées. Un choix sera effectué par l’encadrement si nécessaire : inscription en ligne ne vaut pas inscription définitive. Elle doit être validée par le Bureau.

Infos pratiques

Lieu de l’entraînement : stade Louis Lumière, rue Louis Lumière à Paris 20e – métro porte de Bagnolet (ligne 3), porte de Montreuil (ligne 9) ou tramway station Marie de Miribel (T3b).

Une question ? N’hésitez pas à nous contacter au 07 66 08 95 36 (pour les garçons) ou par mail panamboyzfc@gmail.com (pour les filles et les gars).

A votre inscription, nous vous donnerons une paire de lacets arc-en-ciel, à porter obligatoirement lors des entraînements et des matches officiels. Nous distribuerons également à toutes celles et tous ceux qui prendront une licence un maillot, un short et des chaussettes aux couleurs du club.

Vous aussi, rejoignez le club de toutes les différences pour dire OUI à la diversité !

brassardFinal

Hors-jeu à l’homophobie dans le foot pro !

Par | Football et diversité, Lacets arc-en-ciel | Aucun commentaire

A l’occasion de la 37e journée de Ligue 1 et la 38e journée de Ligue 2, la Ligue de Football Professionnel (LFP) et ses 40 clubs pro s’associent à SOS homophobie, Foot ensemble, les PanamBoyz & Girlz United et la DILCRAH pour lutter contre l’homophobie dans les stades.

Nous sommes très heureux d’être acteur de cette opération inédite par son ampleur. Cette opération va plus loin que ce que nous avions pu faire en 2014 et 2016, déjà avec la LFP, et déjà en Ligue 1 et Ligue 2. A l’époque, les joueurs avaient été invités à porter des lacets arc en ciel. Cette fois, les capitaines porteront des brassards arc en ciel, bien plus visibles. Mais l’opération ne s’arrête pas là. Clip de sensibilisation, actions de prévention et sanctions sont également au programme, avec un slogan sans ambiguïté : « A l’intérieur comme à l’extérieur des stades, l’homophobie détruit. Homos comme hétéros, on porte tous les même maillot ».

Cette opération est le fruit d’un travail collectif mené depuis la fin 2018 par la LFP, SOS Homophobie, Foot Ensemble, la DILCRAH , Olivier Rouyer et notre club. L’objectif est de renforcer le travail de prévention et sensibilisation auprès de l’ensemble de la communauté du football (joueurs, supporters, etc.). Ce groupe de travail a défini un plan d’actions complet pour combattre l’homophobie dans les stades :

    • Sensibilisation des spectateurs et du grand public aux impacts de l’homophobie ordinaire avec la mise en place d’une journée dédiée, les 17 et 18 mai 2019

 

  • Renforcement de la sensibilisation des jeunes joueurs de football en centre de formation aux différentes formes d’homophobie

 

 

  • Mise en place de formation dédiée pour les référents supporters

 

 

  • Mise en place de process permettant la remontée et le traitement judiciaire des actes homophobes qui se déroulent dans les stades

 

 

Bertrand Lambert, président du club : « Dans le foot, l’homosexualité demeure un vrai tabou. Et l’homophobie un fléau. Cette opération, forte et sans ambiguïté, alliant à la fois prévention et sanction, a pour objectif de mettre un terme à la haine ordinaire envers la communauté gay, bi ou trans, qui compte parmi elle de nombreux joueurs et supporteurs. Mettre l’homophobie hors-jeu, c’est promouvoir la diversité dans son ensemble. Il est temps que le football devienne un sport 100% inclusif, à l’image de notre club, où chacun vient avec son histoire, son parcours, sans avoir rien à cacher. Tout le monde peut y assumer sa différence, en toute sérénité. Espérons qu’il en soit bientôt de même dans tous les stades et clubs de France. » linkedin Dans le détail, les actions sont les suivantes : 1. Sensibilisation des spectateurs et du grand public à l’homophobie ordinaire Capture d’écran 2019-05-12 à 23.52.06Pour symboliser cet engagement, la 37e journée de Ligue 1 et la 38e journée de Ligue 2 seront dédiées à la lutte contre l’homophobie. A cette occasion, capitaines, coachs, délégués de matchs et arbitres seront invités à porter un brassard aux couleurs de l’arc-en-ciel, la LFP et certains clubs mettront leur logo et sites internet aux couleurs de l’arc-en-ciel. Un clip sera diffusé sur les écrans géants et les réseaux sociaux avec le slogan « Homo comme hétéro, on porte tous le même maillot. » 2. Renforcement de la sensibilisation à la lutte contre l’homophobie des jeunes joueurs de football en centre de formation Depuis 2015, le Fondaction du Football, soutenu entre autres par la LFP, propose au travers de son programme Open Football Club des ateliers de sensibilisation à la lutte contre l’homophobie animés par SOS homophobie. Cet atelier a pour objectifs de :

  • Sensibiliser les joueurs aux différentes formes d’homophobie en France

 

  • Déconstruire les clichés autour de l’orientation sexuelle

 

 

  • Sensibiliser au poids de l’insulte homophobe

 

 

  • Développer les bonnes pratiques s’appuyant sur le respect et la solidarité

 

 

  • Lutter contre les stéréotypes de genre et le sexisme

 

Près d’une vingtaine de clubs ont déjà eu l’occasion de mettre en œuvre cet atelier, notamment Montpellier, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand, Dijon, Auxerre, Châteauroux, Sochaux-Montbéliard, Reims, Caen, Guingamp, Lorient, Lens et les trois clubs parisiens. Nous-mêmes, nous sommes déjà allés à la rencontre des U17 de l’OL et de l’OM, une expérience riche en enseignements. L’activation de cet atelier va être renforcée dans les mois qui viennent grâce au renfort de l’association Foot Ensemble. Cette dernière vient de publier deux livrets pédagogiques de sensibilisation à l’homophobie dans le football. Le premier à destination des joueurs et le deuxième pour les entraineurs et dirigeants. Envoyés à l’ensemble des centres de formations des clubs de football professionnel, ils permettront de renforcer l’information et la sensibilisation des jeunes joueurs et des personnes qui les encadrent. Par ailleurs, le documentaire « Footballeur et homo, au cœur du tabou », que notre club a financé en partie et soutient depuis le premier jour, sera mis à disposition de tous les clubs de football professionnel et de leur centre de formation. Réalisé par Michel Royer et produit par Gael Leiblang d’Eléphant Doc, ce documentaire de Yoann Lemaire, Président de Foot Ensemble, sera diffusé pour la première fois sur France 2 le 14 mai à 23h30. 3. Mise en place de formation dédiée pour les référents supporters La lutte contre l’homophobie passe par une prise de conscience de certains supporters. Des chants ou des mots entendus en tribunes constituent des insultes homophobes qui peuvent blesser les personnes concernées et qui sont donc interdites par la loi. Dans ce contexte, la LFP proposera des sessions de formation à la lutte contre toutes formes de discrimination aux référents supporters des clubs de football professionnel dans le cadre d’un séminaire programmé lors de la première partie de la saison prochaine. Dans le même temps, SOS Homophobie, Foot Ensemble, la DILCRAH et notre club proposeront aux clubs des ateliers de sensibilisation à destination des supporters. 4. Mise en place d’une procédure permettant la remontée et le traitement judiciaire des actes homophobes dans les stades En lien direct avec la convention signée par la LFP avec la LICRA le 25 mars 2019, ce quatrième axe de travail vise à mettre en place les procédures nécessaires pour permettre au football professionnel de réagir de manière adéquate et mesurée lors de tout acte homophobe qui se déroulera dans les stades. Ainsi une fiche de signalement sera mise en place dès la saison prochaine pour permettre à tout spectateur de rapporter un acte ou des insultes discriminantes. La LICRA, aux côtés de SOS Homophobie, avec le soutien de la LFP, pourra alors prendre les mesures judiciaires adéquates. Par ailleurs, afin d’aider les délégués de match dans leur mission de signalement, un travail va être lancé fin mai avec l’ensemble de nos associations partenaire sur ce sujet pour définir ce qu’est une insulte homophobe aux yeux de la justice, et ainsi permettre son traitement par la commission de discipline.

Nous vous donnons donc tous rendez-vous le week-end prochain dans tous les stades de France pour porter haut les couleurs de la diversité et mettre hors-jeu l’homophobie !

Capture d’écran 2019-05-04 à 10.21.40

Homophobie dans le sport : notre intervention sur France Info

Par | Non classé | Aucun commentaire

Confronté aux agressions et aux insultes homophobes, le monde du sport peine à briser le tabou. Mais des acteurs se mobilisent pour que la cause avance. A l’occasion de la sortie d’un numéro spécial de L’Equipe magazine, nous étions les invités de la matinale de France Info.

Insultes virales ou dans les stades, agressions, moqueries… L’homophobie a marqué, mois après mois, l’actualité sportive cette saison. Mais alors que faire pour mettre fin à ce fléau, qui détruit des vies ? Découvrez nos propositions dans cette vidéo. Notre président était l’invité de France Info, canal 27.

INSTA

Instagram nous voilà !

Par | Non classé | Aucun commentaire

Après Facebook, Twitter et Youtube, notre club enrichit sa palette « réseau social » en débarquant sur Instagram ! Utiliser Instagram c’est l’occasion pour nous de montrer qui nous sommes, ce que vous faisons au quotidien pour lutter contre l’homophobie, le sexisme, les préjugés…. bref l’intolérance et  toucher ainsi le public le plus large possible, pour sensibiliser encore de nouvelles personnes, différemment des autres réseaux sociaux. Vous trouverez sur notre page des stories, des vidéos et des photos, pour certaines exclusives à Instagram.

Pour vous abonner, c’est ici : https://www.instagram.com/panamboyzandgirlz/

Et pour nous retrouver, un réflexe : #panamboyzandgirlz

carton rouge

Communiqué : l’homophobie, c’est la haine de l’autre et ça n’a rien de « folklorique »

Par | Football et diversité | Aucun commentaire

Depuis plusieurs mois, nous travaillons de concert avec d’autres associations reconnues, Foot Ensemble et SOS Homophobie, pour mettre au point, au sein du football professionnel, une opération d’ampleur inédite, prévue le 17 mai prochain, avec un message fort et direct, des actions concrètes et des gestes sans ambiguïté, dans la droite ligne des actions déjà menées en 2014 et 2016, avec l’objectif de mettre définitivement hors-jeu l’homophobie dans les stades de Ligue 1 et Ligue 2.

Comme tout le monde peut le constater, les chants homophobes fleurissent dans les tribunes aussi régulièrement qu’il y a un match et ce n’est pas acceptable. Les « enculés », « PD » et autres insultes homophobes n’ont pas leur place dans les stades. Nous n’avons d’ailleurs pas attendus le PSG-OM du 17 mars dernier pour réaliser l’ampleur du problème. Ce jour-là, la ministre des sports, Roxana Maracineanu se trouvait au Parc des Princes et fut ulcérée par les chants à caractère homophobe lancés par certains supporters du club de la capitale.

Ce travail, de fond, est évidemment menée en partenariat avec la LFP, organisatrice des compétitions. Et c’est peu dire que nous avons été profondément heurtés par les mots employés par sa présidente, Nathalie Du Boy de la Tour, lors d’une récente interview.

«Pour les supporters, les chants homophobes font partie du folklore», a estimé la présidente de la LFP dans un entretien donné au Parisien.

Le folklore, c’est la fête et vu ce qui se passe et se chante dans certaines tribunes de Ligue 1 & 2, on en est très, très loin. L’homophobie tue, ne l’oublions pas, et ces chants doivent être bannis des stades. Oui, la prévention est nécessaire, c’est une évidence, mais la sanction l’est tout autant, sinon comment faire évoluer les comportements ? Les propos homophobes sont légalement répréhensibles partout en France, mais ils ne le seraient pas dans un stade de foot ? Sur-réaliste !

Sachez que nous travaillons d’arrache pied avec nos partenaires pour faire évoluer la LFP sur cette question essentielle. Comme vous tous, nous avons été choqués par les mots employés dans le Parisien et nous l’avons fait savoir aux principaux intéressés. L’homophobie ne doit jamais, jamais être banalisée. Et il temps de prendre ce problème à bras le corps dans le foot pro. Nous y travaillons avec acharnement.

Les PanamBoyz & Girlz United

SY0B9649

Les PanamBoyz deviennent les PanamBoyz & Girlz United !

Par | Football et diversité, Lacets arc-en-ciel, Team spirit | Aucun commentaire

Nouveau nom, nouveau logo… notre club change de dimension, six ans après sa création et trois ans après l’ouverture de notre section féminine. Désormais, les Girlz sont parties prenantes de notre nom. Un choix logique pour Club de foot amateur Parisiennous et qui reflète mieux notre identité propre. Notre association est fière de lutter bien évidemment contre l’homophobie dans le foot, notre combat de toujours, mais aussi de lutter contre le sexisme et l’intolérance en général. C’est pour cette raison que nous nous sommes battus pour ouvrir une section féminine, après avoir arraché un créneau sur un demi terrain à la ville de Paris ! Nos girlz sont désormais entraînées par un duo d’entraîneurs, Théo et Lucas, et supervisées par Inès Jaurena, internationale française toujours en activité. Un encadrement de choix. Il était donc urgent de changer notre nom pour les intégrer pleinement.

IMG_9565Il y a six ans, nous n’avions qu’une équipe masculine. Aujourd’hui, nous comptons quatre équipes : deux féminines, à 7 (loisirs et compétition), et deux masculines, à 7 et à 11. Que de chemin parcouru … grâce à nos bénévoles bien sûr, à nos ami.e.s de la FSGL ou encore du FC PAEC, nos partenaires habituels, mais aussi grâce à nos sponsors. Nous sommes très heureux d’avoir signé un partenariat sur le long terme avec Lets’ Clic, agence de référencement porteuse des mêmes valeurs que nous. C’est grâce à ce nouveau partenaire que nous avons pu donner vie à notre projet de nouveaux maillots. Vous les découvrirez dans la vidéo ci dessous, réalisée bénévolement par l’un de nos Boyz, Axel Paventa. Ces maillots reflètent nos valeurs, notre identité, avec ce ruban arc en ciel, son logo Football People, cette devise « Soyons fiers de nos différences » et cette manche offerte au Refuge.

Année après année, les PanamBoyz and Girlz United se sont affirmés comme la principale association française luttant contre l’homophobie dans le foot : nous avons signé l’an dernier une convention avec la FFF, organisé les Gay Games à Paris, mis sur pied une journée de débats à Pantin, multi-diffusé un clip de sensibilisation à heures de grande écoute sur C8, organisé des ateliers de sensibilisation au sein des clubs pros (OL et OM), co-financé le documentaire de Yoann Lemaire, porté deux opérations d’ampleur en Ligue 1 & 2 autour des lacets arc en ciel  (en 2014 et 2016), décroché un trophée UNFP pour notre action en 2015, lancé une campagne d’affichage dans les stades parisiens, ou encore multiplié les interventions médiatiques sur le sujet. Et, depuis plusieurs mois, nous travaillons d’arrache-pied sur une nouvelle opération d’ampleur et inédite : nous vous donnons d’ores et déjà rendez le 17 mai prochain.

Malgré toutes ces opérations, le travail est encore long et notre existence est toujours aussi cruciale : parler d’homosexualité dans le foot reste très difficile. Oui, c’est encore un vrai tabou, tant révéler sa différence engage beaucoup de regards, et parfois un changement de comportements chez certains. Du coup, beaucoup s’inventent des vies pour ne pas devenir, sur le terrain comme dans le vestiaire, un mouton noir. Des footballeurs ont peur qu’en révélant leur homosexualité, ils ne soient plus vus comme sportifs de haut niveau, mais simplement comme homosexuel, et directement considéré pour leur orientation sexuelle et pas pour leurs qualités sur le terrain. Il y a des raccourcis, des clichés qui blessent et qui font peur aux joueurs gays.

IMG_9566Une étude récente sur l’homosexualité dans le foot révèle qu’un supporter sur deux déclare avoir un jugement négatif sur l’homosexualité et que celle-ci reste un tabou pour 63% des joueurs professionnels et 74% des jeunes joueurs. «Pédé», «enculé», «tafiole» : nul besoin d’avoir passé son enfance au bord du terrain pour savoir que ces insultes sont monnaie courante quand la partie bat son plein. La course à la performance, la valorisation de la virilité et le fanatisme démesuré des supporters sont autant de raisons qui peuvent expliquer l’homophobie dans le football.

Face à cette situation, les PanamBoyz & Girlz poursuivent avec acharnement leur travail, à la fois sur les terrains mais aussi en dehors, pour plus de diversité et de tolérance.SY0B9662